Au bon endroit au bon moment

[OBE.OBM] Projet de recherche-action
2022
Contact

Florent Bergal
Direction artistique
+33 (0)6 79 29 87 81
flobergal@gmail.com

Véronique Dubarry
Administration
+33 (0)6 84 13 41 89
adm.bistaki@gmail.com

Au Bon Endroit Au Bon Moment est un laboratoire de recherche au long cours sur l’écriture circassienne en espace public en lien à des thématiques sociétales urgentes. Il a plusieurs objectifs :
  • Faire collaborer les artistes de cirque avec le monde de la recherche socio-architectural (anthropologues, architectes, sociologues, urbanistes, ethnologues, philosophes…)
  • Faire collaborer artistes, chercheurs, habitants et acteurs culturels pour créer une assemblée créative et créatrice
  • Créer un protocole d’écriture in situ adaptable afin d’écrire « avec » un territoire et non « pour »
  • Proposer une pédagogie d’écriture en espace public pour les étudiants en école de cirque et les artistes émergents
Intention & postulat

Malgré sa vivacité, l’écriture circassienne actuelle, bien que présente sur l’espace public, peine à se confronter intimement aux particularités induites par une diffusion hors des salles et des chapiteaux. Comment faire du lieu de représentation un véritable partenaire du processus de création ? Quelles influences l’espace de jeu opère-t-il sur la performance spectaculaire ? Comment approfondir les liens qui se nouent entre un espace de représentation non-dédié et une œuvre circassienne, en tenant compte de ses influences sociales, culturelles, territoriales et politiques ? Ces dernières décennies, l’art en espace public a redéfini les modes d’écriture et les modes opératoires de nombreux arts vivants. Il nous éloigne de la spatialisation du théâtre antique gréco-romain, plaçant l’espace socio-architectural au cœur du processus de création et de représentation, et développant ainsi une démocratisation et une mobilité de la culture. De plus en plus présent dans l’espace public, il devient nécessaire que le cirque intègre cette dynamique de manière plus approfondie et qu’il ouvre le champ et l’impact de son langage. Le choix du lieu de représentation, la méthode de création, la temporalité de l’action, les populations en jeu, la dimension politique font partis de la ligne dramaturgique. La porosité entre les champs scientifique et artistique s’est imposée comme une complémentarité évidente pour qu’évolution se fasse.

Le but de cette recherche/création n’est pas de faire « tourner » un spectacle mais un protocole artistique qui fera appel à des artistes divers et choisis sur mesure selon un langage circassien précis, un chercheur sur une thématique choisie, riche source d’inspiration et ce pour chaque territoire d’action. Enfin, de répondre à des problématiques territoriales par la création et l’action artistique in situ. Agir sur le réel. Ecrire avec comme langage la grammaire gestuelle du cirque dans et pour l’espace public avec les forces vives locales.

Protocole

Une équipe spécifique est constituée pour chaque laboratoire, permettant d’aborder à chaque fois une thématique de recherche :

  • Une équipe artistique : artistes professionnels et/ou étudiants/émergents. Une discipline circassienne est à chaque fois privilégiée: portés acrobatiques, pratiques aériennes, vélo et monocycle, clown, magie, …
  • Un-e chercheur-se associé-e : géographe, sociologue, urbaniste, philosophe… Riche source d’inspiration et facilitateur du «pas de côté».
  • Une ou plusieurs structures culturelles sur le territoire : pôles nationaux cirque, CNAREP, scène nationales ou conventionnées, écoles supérieures de formation aux arts du cirque et aux arts en espace public, festivals, …
  • Des partenaires locaux : Ecoles, Universités, associations de quartier, acteurs sociaux, …

De manière générale et après consultations et réflexions diverses, des thématiques fortes sont en train d’apparaître, l’idée étant de pointer des urgences existentielles capables d’orienter/impulser les recherches. Le choix de ces « topics » se fait de manière sensible, loin des évidences. Quelques mots circulent et s’étalent sur une carte que nous dessinons en temps réel : [le rythme] – [l’hétérotopie] – [le soin] – [la nuit] – [la désobéissance civile, l’artivisme] – [l’enfance] – [la dissonance cognitive] – [la saturation]. La liste s’allonge doucement pour être fort de proposition et/ou de réflexion avec les structures d’accueil.

1
Déterminer la problématique territoriale avec la structure partenaire.

Création de l’assemblée. Cibler et constituer le groupe d’habitants associés.

2
Temps de préparation (2 à 4 mois avant le rendez-vous fort de l’action in situ)

Préparation et finalisation de l’action : Modus operandi – planning – temporalité – déterminer les lieux d’actions – récolte de parole d’habitants par les habitants.
Repérage des lieux. Rencontre avec les acteurs du projet et les populations à sensibiliser/impliquer

3
10 jours d’actions

Jours 1 à 8
Travail d’écriture commune avec les artistes. Travail en espace intime et en espace public. Autour des caractéristiques essentielles du cirque (risque, absurde, frontière entre le réel et l’exceptionnel, distorsion/détournement du réel, danger, humour, …) construire/réaliser des tableaux – des situations (courtes ou longues) – actions annoncées au public – actions non annoncées d’infiltration dans le réel – déterminer des esthétiques. 8h d’atelier avec les habitants-participants. Les impliquer dans l’écriture pour les représentations finales.
Jours 9 et 10
Imaginer un parcours posant dans l’espace toutes les images et situations travaillées. Ces deux jours sont dédiés à une restitution globale où le public sera invité. Dans la globalité créer une montée en puissance de l’œuvre proposée. Crescendo sur l’officialité de notre présence. Pour finir avec un évènement final regroupant l’entièreté des images générées durant la semaine. Passer d’action non annoncées à des informations subtiles qui indiquent que quelque chose va se passer, puis finir avec une invitation officielle regroupant public et acteurs du projet. A la suite un moment convivial en forme de conférence interactive entre les habitants et le public. Parler de l’expérience et de la problématique abordée.

4
Dans le mois suivant l’action

Débriefing avec toutes les parties prenantes – élaboration d’une synthèse – parler de la méthodologie, points forts et points d’amélioration – imaginer/formuler des envies et idées pour le futur sur ce territoire – faire émerger d’autres problématiques.

Sont envisagés divers outils de restitutions, écris, photos, vidéos, conférences. Garder une trace pour que cette recherche expérientielle promette des suites, s’inscrivant dans la lignée d’une pensée continue dans le temps long en écoute avec les changements qu’il induit.

Etudier, évaluer les impacts sur les territoires, les publics et la création artistique. Créer une méthodologie innovante. Créer des outils d’échanges, de réflexions et de restitution. Faire émerger des écritures inclusives et innovantes.

Mise à jour d’une méthodologie pour donner suite à ce retour d’expérience en lien avec le centre de documentation et recherche du CNAC (en étude de faisabilité). Créer un livret d’étude destiné aux jeunes artistes de cirque pour générer une envie, un désir d’explorer ce modus operandi.

Impacts attendus
  • Tester, se renouveler, trouver de nouvelles méthodes et de nouvelles temporalités d’actions
  • Écrire avec l’autre (habitants, chercheurs, structure culturelle, acteurs sociaux)
  • Accroitre sa conscience sur des enjeux territoriaux et sociaux actuels et à venir
  • Prendre conscience des enjeux multiples des structures culturelles
  • Trouver l’ouverture intellectuelle et l’inspiration au contact des chercheurs associés
  • Travailler en équipe avec des secteurs différents : faire un pont entre ces activités et l’écriture artistique
  • Tracer des enjeux communs
  • Échanger et transmettre aux les habitants
  • Créer une grammaire circassienne universelle transmissible et à partager
  • Agir/penser en artiste-citoyen
  • Chercher de nouveaux moteurs à la création
  • Travail/apprentissage auprès d’artistes professionnels et internationaux.
  • Sensibilisation, pratique de l’écriture en espace publique.
  • Connaissance des enjeux des structures culturelles.
  • Notion d’expérimentation et recherche artistique en lien avec le réel.
  • Partager son langage avec les habitants/acteurs.
  • Mettre en pratique, en images et en situations le fruit de ses études
  • Appliquer ses visions sur le réel
  • Donner une dimension, prolongation artistique à son sujet de pensée
  • Travailler sur le terrain en lien aux populations
  • Créer des ponts entre des champs de recherche différents avec pour liant l’espace public, l’action artistique et le droit culturel
  • Nourrir et se nourrir des expertises et des réalités de territoires des experts/acteurs sociaux locaux
  • S’appuyer sur le secteur culturel pour développer se recherche
  • Se réapproprier son corps. S’approprier son corps, c’est s’approprier un espace
  • Créer un nouvel éveil citoyen grâce à ce développement sensible sur soi, sur l’autre et sur l’espace public
  • Être inclus et participer activement à des problématiques de territoires, de son territoire
  • Participer à une assemblée pluridisciplinaire
  • Développer une pratique artistique avec des artistes professionnel expérimentés
  • Échanger avec des experts sociaux et scientifiques
  • Profiter de ce savoir artistique et intellectuel pour exprimer, formuler des besoins, revendications, problématiques, solutions
  • Être acteur sur son territoire
  • Développer une vision poétique et politique de l’espace public
  • Être relai de cette expérience auprès de la population locale, rôle de passeur
  • Créer un lien fort et pérenne avec les acteurs culturels et sociaux locaux
  • Projeter une sensation du réel vers un acte artistique
  • Cerner, confirmer, questionner, ouvrir ses constats/réflexions sur les problématiques de son territoire avec une équipe diversifiée et concernée à différentes échelles
  • Faire converger différents prismes d’actions vers une action culturelle innovante
  • S’appuyer sur les chercheurs et experts/acteurs locaux pour développer son expertise de terrain
  • Participer activement et créativement à l’élaboration d’actions artistiques ciblées en lien avec les artistes et les habitants
  • Écrire pour son territoire
  • Renforcer ses liens avec les habitants. S’en nourrir et les nourrir
  • Récolter, confronter, étudier les réactions des publics et des politiques
  • Travailler et penser sur le long terme sur une problématique choisie
  • Contribuer à l’élaboration de nouvelles méthodes d’écriture et de création, mais aussi de nouvelles manières de production et de format de diffusion
  • Contribuer à l’évolution du cirque contemporain en espace public
  • Fédérer des équipes locales diversifiées pour générer de l’action artistique spécifique à son territoire
  • Créer des liens pérennes avec les acteurs sociaux locaux, pour un impact direct sur le réel
  • Développer l’infiltration artistique sur le territoire
  • S’emparer d’une méthodologie communément créée, pour la développer dans le futur
Distribution
Direction artistique

Florent Bergal

Développeur de pensée

Pascal Lebrun-Cordier

Régie générale

Rémi Bernard

Administration

Véronique Dubarry

Une équipe est constituée spécifiquement pour chaque projet et regroupe 2 à 10 artistes de cirque, 1 à 2 chercheur-ses, 1 à 2 opérateurs culturels.

Selon les contextes, des habitants sont conviés à participer activement au projet.

Production et partenaires
Production

Le G. Bistaki

Partenaires

Spécifiques à chaque temporalité et lieu d’action.

Tancarville
Tancarville ©Bistaki-2

Tancarville

Bel Horizon
BelHorizon ©LucieNicolas-15 copie

Bel Horizon

Baïna[na]
Bainana ©GregoireEdouard-4

Baïna[na]

S’arrêter
SArreter ©FrancoisJuliot cover

S’arrêter

Au bon endroit au bon moment
OBEOBM ©FlorentBergal-6

Au bon endroit au bon moment

Cooperatzia
Cooperatzia ©DR-mll

Cooperatzia